24 décembre 2008

Il y a des relations qu'on sait voué à l'échec. On sait d'avance que les défauts de notre partenaire, amical ou amoureux, ne s'estomperont pas avec le temps, qu'ils ne feront que prendre une place grandissante dans notre relation. Ils finiront sûrement par devenir un sujet de dispute.

Ton égoïsme aura eu raison de ce qu'on s'était efforcé de construire, une relation amicale à double sens, je donnais, tu prenais, tu donnais, je prenais. J'ai fini par me sentir dépossedée et désunie. Comme dans un manège qui tourne sans s'arrêter, qui ne me laissait pas le temps de reprendre mes esprits, qui ne me permettait plus de respirer, de pouvoir relâcher ma pression vers quelqu'un d'autre. J'ai essayé à plusieurs reprises de tirer la sonnette d'alarme. En vain. Aveuglée par ton propre amour et tes innombrables frasques tu n'as pas entendu le bruit qui retentissait derrière toi. Ce chant mélodieux qui aurait dû  t'avertir de mon départ. Comme le sifflet du chef de gare quand vient le moment de partir vers d'autres horizons. Peu à peu j'ai plié bagages. En gardant l'espoir qu'on retrouverait notre relation. J'ai pris mon temps pour profiter des quelques occasions où tu aurais pu sauver tout ça. Mais le même refrain occupait ton esprit, tes paroles, ton comportement. Je ne suis pas inépuisable. Je ne pense pas avoir été la meilleure des amies, mais sûrement pas la pire. Oh non. T'as trop pris sans plus te soucier de ce que je recevais. Les mois sans nouvelles lorsque j'avais le plus besoin de toi j'ai réussi à les excuser. Aveuglée par le besoin d'avoir quelqu'un auprès de moi. Mais finalement rien n'a changé. Tu as loupé peu à peu ce qui faisait ma vie. Mais le plus douloureux c'est que le jour où j'ai réellement besoin de l'amie à qui j'ai donné beaucoup de temps, de conseils, d'amour, je me retrouve face à une personne insensible à mes mots. Incapable de comprendre que derrière mes mots se cachaient ma douleur. Nos façons de s'exprimer sont certes différentes, mais tu aurais dû chercher. Ou au moins me laisser l'occasion de le dire. On peut ainsi dire que je tombe de haut. Le contact avec la réalité est difficile mais pas inssurmontable rassure toi. On ne vit pas pour être seule, j'en suis persuadée, on vit pour être bien entourée. Mais quand on commence à se sentir seule et oubliée il vaut mieux se raccrocher au proverbe qui dit qu'il vaut mieux être seule que mal accompagnée.

Ma décision n'a rien de définitif j'espère. Elle a besoin de temps et surtout de preuves.

Comme je le disais plus récemment dans un autre billet, on rencontre l'amitié partout, elle s'offre à nous sous des formes diverses et variées, elle commence grâce à un échange de regard et se termine parfois dans les larmes, face à l'éloignement physique ou moral ou pire à cause d'une séparation impossible à combattre: la mort. J'ai été confronté à diverses formes d'amitié. J'en garde dans l'ensemble des souvenirs mémorables. Des fous rires à s'en tordre le ventre, à en pleurer de joie, des soirées arrosées à se promettre un futur radieux ensemble, des anniversaires jusqu'au bout de la nuit. J'en garde des nuits à 5 dans un lit à se raconter nos histoires de filles. J'me souviens de nos confidences, de nos regards échangés, de nos batailles, mais aussi de nos pleurs, nos peurs, nos envies de vider notre sac et surtout de la confiance qui nous animaient. Au fil du temps on a perdu cette innoncence qui faisait de nous les meilleures amies du monde. Qui faisait de nous les filles soudées à vie. Au fil du temps on s'est perdu. On a certainement pas oublié nos promesses mais on a choisit d'avancer séparement.

J'regrette en rien toutes ses amitiés vécues et perdues. J'regrette seulement que les plus importantes se défilent après tant de temps.

Momoiselle.

CIMG1775

Posté par m0m0iselle à 14:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Il y a des relations qu'on sait voué à l'échec.

    ah oui t'as de l'inspi !!! c'est beau !!!

    Posté par jody, 24 décembre 2008 à 14:18 | | Répondre
Nouveau commentaire